Islande

Voyage en Islande


Heures au format UTC + 1 heure



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Administrateur du site
Hors ligne

Inscription: Déc 2011
Messages: 484
Sexe: Non specifié
Posté: 15 Jan 2016, 15:51 

Le 18 septembre 1886, le magazine hebdomadaire «l’illustration» publiait un article reçu d’Islande par le Docteur Labonne. Il fut chargé par le gouvernement français d’une étude scientifique en Islande. A l’époque l’Islande était encore très peu connue des français. Le Docteur Labonne est le premier voyageur qui ait transporté dans l’intérieur des terres un appareil photo et, par conséquent les gravures exécutées par le journal d’après ses clichés avait tout l’attrait d’un véritable primeur.
La lettre du Docteur Labonne commence ainsi :

« Akureyri, 29 août 1886.
Monsieur le directeur,
C’est de la seconde ville d’Islande que vous recevrez cette lettre et deux photographies prises dans cette modeste capitale du nord de 400 habitants. Comme elle n’a pas le moindre monument, sa description est facile à faire : représentez-vous une vingtaine de maisons de bois et quelques huttes en tourbe, vous aurez alors une idée très exacte de ce petit port.
Mais si cette ville n’a pas d’édifice à l’instar de Reykjavik, en revanche elle se glorifie de posséder deux ou trois arbres dont les habitants sont extrêmement fiers et qu’ils vous montrent comme la plus grande curiosité de la Terre désolée.
Les italiens disent : « Voir Naples et mourir », pour un peu l’islandais dirait la même chose en parlant de cet arbre que représente notre dessin n°1. C’est en effet qu’il ne se trouve en Islande ni arbres ni forêts, car ces touffes de bouleaux ou de saules nains que l’on rencontre ça et là ne méritent que le nom de taillis. Quand je racontais aux indigènes illettrés que dans mon pays il y avait des arbres aussi haut que le mât des navires et couverts de feuilles, ils me regardaient longtemps pour voir si je ne me jouais pas de leur crédulité.
Cet unique représentant d’une végétation arborescente en Islande ombrage la façade de la maison du gouverneur ; il est tourné vers le fjord, a environ cinq mètres de haut et cent ans d’existence. C’est un sorbier des oiseaux, sorbus aucuparia. Je le trouvai en fleur à mi-août et assez malade. ON me demanda même une consultation à son sujet, je fus obligé d’ordonner l’amputation d’une grosse branche presque morte avec badigeonnages de goudron consécutifs.
Ce qui fait que l’Islande est presuqe entièrement dépourvue de grands végétaux, quoique située par la latitude de 64° environ, latitude sous laquelle nous avons vu cependant en Norvège des forêts de pins, de sapins et de bouleaux magnifiques, c’est qu’elle est exposée de toutes parts à des vents violents. L’Eyafjord, sur lequel est situé Akureyri, étant au contraire remarquablement abrité par l’escarpement des montagnes qui le dominent,  protège les sorbiers contre la fureur des tempêtes. Néanmoins cette seconde capitale, dont le dessin n°2 donne une excellente vue d’ensemble, est moins favorisée que les ports du sud sous le rapport de la température ; souvent le courant froid, partant du Spitzberg et passant par Jean-Mayen vers l’Islande, amène dans cette baie des glaçons détachés de la banquise. Voilà pourquoi vous apercevez les bateaux de pêche obligés de louvoyer et de se frayer un chemin entre les blocs de glace ».


Image

Image

Image

Image


Haut
  Profil 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit