Islande

Voyage en Islande


Heures au format UTC + 1 heure



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Administrateur du site
Hors ligne

Inscription: Déc 2011
Messages: 484
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Le caractère des islandais
Posté: 13 Jan 2016, 14:33 

Les islandais ne se laissent pas convaincre facilement, ils peuvent mettre assez longtemps à se décider, il ne faut pas hésiter à revenir à la charge plusieurs fois avant d’obtenir une information.
Si un ami ou un membre de la famille leur demande de l’aide, ils feront tout leur possible pour les satisfaire, ils remueront ciel et terre. Ils ont l’entraide dans leurs gènes : c’est un peuple qui survécu à tout un tas de misères à travers les âges, il y a encore seulement deux générations dans certaines campagnes isolées du pays les habitants manquaient de tout. Il n’y avait que l’entraide pour s’en sortir. Aujourd’hui ils ont toujours ça en eux, et il est fréquent qu’ils prennent en charge un membre de la famille ou une personne âgée (comme au Japon), la famille est très soudée. D’ailleurs sans cette entraide il n’y aurait plus aucun habitant ailleurs que dans les agglomérations du sud-ouest. C’est un petit pays où tout le monde se connait. C’est vrai que la densité de population est faible dans les campagnes mais on trouve quand même quelques fermes, villages et même des petites villes. Et quand on randonne seul dans un endroit isolé et qu’un islandais nous croise à bord de son 4 X 4, il s’arrête la plupart du temps pour nous demander si tout est ok.
Ils ont aussi un grand sens de l’humour, notamment face à une situation sans solution. Quand ils prennent part à une discussion ils s’y jettent tout entier comme on se jetterait dans le vide, ils s’y impliquent tellement personnellement que le ton du débat peut tout à coup avoir l’air de monter.
C’est un peuple qui a du caractère, une personnalité très marquée. Du fait de leur insularité ils ont vécu isolés du reste du monde pendant 1000 ans, prenant le temps de bien forger et enraciner leur culture (croyances, langue inchangée depuis la colonisation…). Avec l’arrivée des échanges commerciaux et la mondialisation peut-être craignent-ils que les plus grandes nations les engloutissent eux ce petit pays de 310 000 habitants par des anglicismes par exemple ou des règles internationales d’économie. Est-ce pour cela que les islandais peuvent paraître un peu froids de prime abord ? Ou qu’ils ne se laissent pas facilement convaincre, ni par l’argent, ni même par la logique. Est-ce également pour cela qu’ils ont fermé le dernier Mac Donald’s du pays ?
Ils sont longs à se décider, c’est certainement pour cette raison que lorsque la crise financière les a touché en 2008, contrairement aux autres pays touchés ils ont laissé leurs banques faire faillite, pour tout reconstruire depuis zéro derrière ? Ce n’est peut-être pas la seule explication mais ça a dû jouer, les islandais sont ainsi : wait and see.

La nature sauvage au milieu de laquelle ils vivent a forcément une influence sur leur caractère. Avec ses éruptions volcaniques régulières et imprévisibles, les tempêtes de neiges qui bloquent les routes et paralyses certains coins plusieurs jours durant, les longs mois sombres de l’hiver, les islandais n’ont d’autres choix que d’attendre, advienne que pourra. Ils savent, qu’ils ne peuvent pas vraiment lutter contre toutes ces forces naturelles, que les dangers sont là, qu’ils sont en sommeil dans les entrailles de leur terre, de leur jeune pays tout juste sortir de la mer, et qui est encore entrain de se créer.
Tout cela se retrouve aussi dans leur langue : les mots sont facilement compréhensibles grâce à leur construction en mode Légo (un peu comme l’espéranto) qui permet à tout le monde de comprendre immédiatement le sens de chaque terme. Par exemple un enfant français aura du mal à savoir à quoi peut bien servir un baromètre, il faudra lui en donner la définition avec une explication. En islandais on le traduit par « loftvog » qui signifie « la balance qui pèse l’air », tout est dit, la définition et l’explication du terme est dans le mot lui-même. Les mots sont transparents, un peu comme la nature islandaise qui se lit à livre ouvert.
Contrairement à nous français qui sommes passés du latin au français d’aujourd’hui, leur langue est inchangée depuis des siècles. Les islandais connaissent très bien l’histoire de leur pays, et le fait d’être aussi « aware » peut sûrement provoquer une crainte de tout perdre, une langue qui a traversée les âges ainsi à forcément « plus de valeur ». D’où leur retenue.

Le caractère des islandais est donc entre autres le reflet de la nature qui les entoure. Par exemple face à un tremblement de terre ou une éruption volcanique il faut agir extrêmement rapidement, mais il est difficile de préparer une action détaillée car on ne sait jamais exactement quand cela va se produire. Les islandais ont plutôt une vision globale de ces éventuelles catastrophes, et cela se retrouve dans leur façon de faire, il faut les relancer souvent car ils ont la fâcheuse tendance de tout repousser jusqu’au dernier moment, à attendre. Quand on leur demande une info il est assez souvent nécessaire de remonter plusieurs fois au créneau. Mais une fois leur décision d’agir prise, ils foncent à cent à l’heure et c’est plier en 3 secondes. C’est un trait de caractère qui les définit bien : après avoir reporté l’action ils ont la réputation de prendre des décisions très vite, sans trop de préparation, comme face à une tempête de neige contre laquelle il n’y a pas vraiment grand-chose à faire. Ils sont tellement imprégnés de leur nature imprévisible qu’ils agissent comme elle, ils surveillent une situation difficile, prêts à agir mais sans trop savoir comment. Cela les amène à être de nature optimiste, pensant toujours selon une de leurs expressions fétiches « öll él birtir upp um sidir » (toutes les tempêtes vont passer). Ils sont également plutôt calmes car ils ont l’expérience des accès de colère de Dame Nature.
Ils ont appris à ne compter que sur eux-mêmes, d’ailleurs ne disent-ils pas « sjálfur leið þú sjálfan þig » (tu dois te tenir toi-même par la main). De la même manière les islandais ne comptent pas sur les indemnités de chômage pour vivre, il est connu qu’ils n’apprécient pas de vivre sur le dos des autres (c’est peut-être un bien grand mot mais l’idée est là), c’est pour eux une question de dignité.
Ils ont adopté une façon de vivre adaptée à leur nature tumultueuse, ils disent qu’ils n’ont rien à perdre à essayer, de ce point de vue là ils sont sans complexe. C’est peut-être dû au fait que des siècles durant ils n’avaient rien et n’étaient pas grand-chose aux yeux des autres nations, après tout jusqu’à récemment c’était un petit pays isolé au milieu de l’Atlantique Nord qui vivotait essentiellement grâce à la pêche.

L’esprit viking est toujours bien ancré dans les esprits, d’ailleurs les islandais sont assez fiers de leurs origines vikings et de tout ce racontent les sagas (c’est un peuple de narrateur) à leur égard (visite des rois à l’étranger, leur retour avec des trésors…), ils peuvent parfois paraître assez arrogants sur ce point là. Ce sont de grands amateurs de lecture. Et il paraît même qu’un islandais sur dix publie au moins un livre une fois dans sa vie, ils considèrent presque cela comme un devoir civique. Cela donne aujourd’hui un pays qui est une sorte de mélange de traditions ancestrales et de modernisme (internet s’est très tôt bien développé là-haut par exemple). C’est un peuple moderne d’esprit, notamment avec la place qui est accordée à la femme dans la société. Une femme a même été présidente du pays. Les enfants sont élevés dans l’esprit qu’une femme doit pouvoir faire tout ce qu’elle veut. Très tôt les femmes ont été nombreuses à travailler et aujourd’hui il n’est pas rare que dans un foyer la femme travaille et l’homme reste à la maison et gère les activités ménagères et les enfants et toutes leurs activités. En 2010 plus de 70 % des femmes travaillaient, ce qui était le record d’Europe. En Islande la parité n’est pas qu’une vieille légende urbaine. Une autre preuve irréfutable que ce peuple a l’esprit ouvert, c’est quand on voit que le maire de Reykjavik, Jon Gnarr s’est présenté déguisé en femme devant les militants LGBT islandais, avec une perruque blonde, robe à fleurs et sac à main fluo. Il est marié à une femme, ce qui prouve bien une grande ouverture d’esprit et beaucoup d’humour. Ceci dit il avait un peu annoncé la couleur lors de son élection en affirmant qu’il serait un maire amusant. Chez les vikings déjà on pouvait déceler ces touches de modernisme, par exemple avec leurs bateaux (qu’on nomme à tort des drakkars) qui appartenaient à plusieurs familles à la fois à cause de leur coût très élevé, ils avaient inventé en quelque sorte la coopérative, plusieurs siècles avant notre ère. Comment ne pas en retirer un peu de fierté ? C’est peut-être pour cela que les islandais ont un esprit d’entreprise quasi inné.
Les islandais ont la réputation d’être de sacrés bosseurs, on entend souvent dire qu’ils peuvent cumuler jusqu’à trois jobs. La journée n’ayant que 24 heures il s’agit surtout de petits boulots. Mais il faut tenir le rythme néanmoins ! Aussi quand arrive la fin de semaine ils font la fête à l’excès dans les rues de Reykjavik, ils accordent une place aussi importante au travail qu’aux loisirs. Ils sont très sérieux, silencieux en semaine, et tout l’inverse le week-end.
Leur terre change sans cesse, elle évolue, avance comme un récit de leurs sagas, ces récits rendent le monde intelligible. Et c’est d’ailleurs au travers de ces sagas que s’exprime le mieux l’esprit islandais.


Haut
  Profil 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit