Islande

Voyage en Islande


Heures au format UTC + 1 heure


Menu principal
Index du forum
Portail
Rechercher
Inscription
Membres
L’équipe du forum
FAQ
Sujets récents
Message15 jours rando tentes question
Posté: 27 Juil 2018, 11:33
Auteur: Cham

MessageLes tentes Msr
Posté: 01 Juin 2018, 20:44
Auteur: Vençale

MessageConseils pour traversée N/S à
Posté: 10 Fév 2018, 19:21
Auteur: platinum13

Pas de sondages disponibles
L'équipe du forum

Administrateurs

Jouge
Mots clés
alors après assez aussi autre autres avant avec avoir beaucoup bien bonjour camping cela certains cette comme dans depuis deux donc elle encore entre faire fait faut fois heures http islande journée jours juin jusqu landmannalaugar leur mais merci moins même nord nous partir passer pays peut place plus possible pour prendre puis quand quelques randonnée refuge reykjavik salut sans sont sous souvent surtout temps tente toujours tous tout traversée trek trop trouve très vers voir vous vraiment été être
Statistiques du forum
Messages 1051
Messages par jour 0.43
Messages par membre 6.41
Messages par sujet 3.54

Sujets 297
Sujets par jour 0.12
Sujets par membre 1.81

Membres 164
Membres par jour 0.07

Dernier membre Cham
Recherche sur le forum
Recherche avancée
News du forum

Voir le dernier message Les réchauds

Message Posté: 07 Juin 2012, 14:42

Posté par: Jouge

Les réchauds avec cartouche de gaz :

On trouve beaucoup de réchauds que l’on fixe sur des cartouches de gaz. Il s’agit de butane la plupart du temps.
Ces petits réchauds ne fonctionnent bien que par températures positives. En effet dès qu’on l’utilise sous 0°C le butane ne se vaporise plus et il n’entre pas dans le brûleur. Pour pallier ces problèmes liés à la température d’utilisation, certains fabricants additionnent du propane au butane afin d’améliorer un peu les performances. C’est le cas de marque Coleman qui propose des mélanges 30 % de propane et 70 % de butane. Le Butane ne resterait liquide qu’au-dessus de 0°C et le propane au-dessus de -44°C.
Cependant quelques retours d’utilisation de la part de certains randonneurs montrent qu’en rusant on peut utiliser ces cartouches jusqu’à -5°C. En gardant la cartouche au chaud dans un duvet on peut tricher un peu mais uniquement pour des temps de chauffe assez courts (faire chauffer de l’eau pour réhydrater un plat lyophilisé, ou une moitié de casserole pour le café). On peut aussi garder la cartouche contre soi sous sa veste le temps de monter la tente, ou garder les mains posées contre la cartouche durant la chauffe. Cette dernière idée fait un peu « numéro d’équilibriste » mais ça fonctionne. En chauffant ainsi la cartouche, l’air dans la bouteille se dilate, on augmente donc la pression du gaz à l’intérieur de la bouteille. On peut également placer une chaufferette sous la cartouche durant la chauffe, c’est moins violent et donc moins risqué que de chauffer le cul de la cartouche à la flamme d’un briquet.
On peut également se retourner vers des réchauds à cartouche de gaz renversée comme par exemple le modèle Hélios 2L de la marque JETBOIL sur lequel la cartouche est renversée : le gaz sort de la cartouche sous forme liquide puis il est vaporisé dans un tuyau réchauffeur.
Mais l’inconvénient de ces cartouches de mélange butane/propane est que par basses températures le propane se consomme en premier, entièrement. Le réchaud perd en puissance, et donc le temps de chauffe s’allonge, puis il finit par s’éteindre.

Les réchauds à essence :

L’avantage des réchauds à essence est qu’ils fonctionnent par basses températures. On les utilise donc pour les expéditions polaires ou les expéditions en altitude.
Ils requièrent une certaine maîtrise, notamment à cause d’une phase de préchauffage qui peut s’avérer délicate sous l’abside d’une tente. Ils s’encrassent rapidement et nécessitent donc d’être entretenus avec soin sans quoi le tuyau d’alimentation et le gicleur sont susceptibles de se boucher. Pour les randonneurs il faut aussi prendre en compte leur poids car ils sont plus lourds que les réchauds à gaz.
Les plus performants peuvent fonctionner à l’essence, au diesel, au kérosène, au White Spirit et même au pétrole. On trouve aujourd’hui de nombreux modèles qui fonctionnent avec tous types de combustibles. Ils ont un autre avantage qui est de pouvoir régler l’intensité de la flamme grâce à une molette.
Ces réchauds ont aussi l’avantage de pouvoir accueillir des casseroles plus larges, ce qui fait gagner du temps quand on prépare le repas d’un groupe. De plus ils sont plus larges, montés sur un trépied et donc sont beaucoup plus stables.

Vues: 4070  •  Commentaires: 8  •  Écrire un commentaire  •  Forum: Equipement / Matériel Haut

Voir le dernier message Quelques aliments interressants pour la randonnée

Message Posté: 27 Juin 2012, 16:53

Posté par: Jouge

Pour une randonnée dans un pays comme l’Islande où on a de grandes chances de randonner dans le froid, et où on devra porter une quinzaine de kilos voir plus il faudra choisir les aliments qu’on emmène en fonction des calories qu’ils apportent.
Si on part en tout lyophilisé, l’apport énergétique sera limité, cela peut être suffisant pour une randonnée de 5 ou 6 jours à raison d’une quinzaine de kms par jours. Mais pour un trek plus long on ne pourra pas se contenter que de ça.
Les aliments commencent à être intéressants à partir d’un apport énergétique de 500 kcal par 100 grammes.
On peut emporter des fruits secs et en grignoter régulièrement lors des pauses, ou même pendant la marche.
 
Quelques exemples :
- les amandes 620 kcal/100 g.
- les noisettes 660 kcal/100 g.
- les noix 660 kcal/100 g.
- les cacahuètes 650 kcal/100 g.
 
On trouve des cacahuètes dans les barres Snickers (entre autres) et du coup ça en fait un produit intéressant, contrairement aux barres Mars (entre autres) qui elles ne contiennent que des sucres rapides et sont donc à proscrire. Sans compter que tout ce qui est « sucres rapides » produit des déchets que l’organisme a beaucoup de mal à éliminer.
 
Sinon le beurre fait 650 kcal/100 g. il est possible de le conserver en l’emballant dans du papier d’alu, le tout fermé dans une boîte en plastique. En Islande il ne fait jamais très chaud donc c’est jouable.
L’huile d’olive tourne à 900 kcal/100 g. On peut en ajouter dans le plat du soir ça augmente la valeur énergétique du plat et ajoute du goût, de plus ça protège du froid.
 
Les pâtes, le riz et la semoule apportent à peine 400 kcal/100 g. mais contiennent des sucres lents ce qui est idéal pour les efforts prolongés à fournir durant une randonnée.
A noter que pour être efficaces au niveau énergie libérée les pâtes doivent être cuisinées al dente. Si elles sont trop cuites, à peine arrivées dans l’intestin les enzymes vont les transformer en une sorte de bouillie molle et le glucose ne passera pas progressivement dans le sang mais d’un coup d’un seul.
 
Mais le problème du besoin énergétique important lors d’un trek n’est pas le seul qui se pose. Lors d’une randonnée durant laquelle on marche plusieurs heures par jour alors qu’on est sédentaire le reste de l’année, les muscles s’abîment plus vite. Il est alors bon de consommer des aliments qui contiennent des protéines pour favoriser la récupération. On trouve dans le commerce des barres-céréales dites « techniques après l’effort » qui contiennent jusqu’à 30 % de protéines. Certains s’essaient à cuisiner leurs propres barres céréales, on trouve plusieurs recettes sur le web.
On trouve des protéines surtout dans les viandes et le poisson.
Il est aussi important de varier les menus, de ne pas manger que des pâtes, d’emporter des produits qu’on aime. J’emporte de l’ail frais que je j’ajoute dans les plats, ça ajoute du goût car les lyophilisés au bout de quelques jours finissent par avoir tous la même saveur. Beaucoup n’apprécient pas les plats lyophilisés et je le comprends parfaitement, mais c’est tellement léger. Il m’arrive aussi d’effriter un bouillon cube (genre Maggie) dans un plat de pâtes (spaghettis fins cuisson ultra rapide pour économiser le gaz) et ça change beaucoup de choses. Si vous préférez le poivre prenez du poivre mais faites vous plaisir.
Au sujet du plaisir qu’on prend à manger j’emporte toujours des paquets de biscuits que j’avale avec une boisson chaude sitôt arrivé au bivouac et la tente montée. Un paquet de gâteaux c’est assez volumineux et c’est un peu lourd pour l’énergie que ça apporte, le rapport n’est pas très bon mais quel bonheur. Je choisis souvent des petits beurres car ils sont composés de 72 % de blé, ça remplace le pain qu’on ne peut emporte car là c’est carrément trop volumineux.
 
Dans le muesli lyophilisé du matin j’ajoute du chocolat en poudre et du lait en poudre. Certains ajoute du lait bébé premier âge, ça ne peut pas faire de mal c’est très nourrissant.
 
En début de rando, les 2 ou 3 premiers jours, il arrive que certains trekkers sautent des repas, souvent le petit déjeuner que déjà dans la vie de tous les jours beaucoup zappent. Mais certains sautent aussi le dîner, ou ne font que grignoter le midi. En fait le corps s'il n'est pas préparé est parfois surpris par cet effort soudain et consacre toute son énergie à l'effort et du coup l'estomac reste plein, les muscles dédiés à la digestion ne travaillent plus qu'au ralenti. Donc on a moins faim. Après tout rentre dans l'ordre et on remange normalement.
En grignotant tout au long de la journée plutôt qu’en faisant un vrai repas le midi j’ai l’impression qu’on engrange plus d’énergie. J’ai testé cette méthode lors de ma traversée de l’Islande à skis en 2012 et je l’ai trouvé très efficace. En fait en fractionnant l'apport de nourriture, la digestion nécessite moins d'énergie et cela évite le fameux coup de pompe. Le coupe de pompe qui correspond en fait à un afflux du sang dans les muscles de l'estomac et donc moins de sang pour irriguer le cerveau. Donc coup de fatigue...
En même temps en plein hiver on n’avait pas le choix : impossible de sortir le réchaud et de cuisiner dehors. Déjà qu’en été parfois c’est rock’n roll…
Le maître mot c'est que chacun doit écouter son corps, il est très difficile de standardiser les règles dans ce domaine.

Vues: 5479  •  Commentaires: 6  •  Écrire un commentaire  •  Forum: Alimentation Haut

Voir le dernier message Balisage

Message Posté: 22 Avr 2016, 03:16

Posté par: Myriamblo

Bonjour,

Je ferai le laugavegur en solo du 3 au 8 juillet 2016.
C'est mon premier trek seule et mon souci est de me perdre.
Comment est le balisage ?

Est ce mieux de m'équiper d'un GPS ?

Savez-vous comment réserver les refuges ( bien que je vais camper la plupart du temps)

Merci !

Myriam

Vues: 763  •  Commentaires: 3  •  Écrire un commentaire  •  Forum: Randonnées / Treks / Expéditions Haut

Voir le dernier message Traversée Islande - dépôt de nourriture

Message Posté: 20 Juin 2017, 11:37

Posté par: Joggy_John

Hello à tous!

Je me lance dans la traversée de l'Islande Nord-Sud début août avec madame. Malheureusement, il ne m'est possible de la réaliser en autonomie (madame panique), c'est pourquoi j'aimerai réaliser quelques dépôts de nourriture à certaines hûtes & camping et notamment :
- Landmannalaugar
- Nyidalur ou Versalir
- Dreki campsite

Autant le Landmannalaugar ne pose pas de problème particuliers (Reykjavik Excursions qui fait apparemment tourner BSI propose le service pour 30€ (!)), autant je ne trouve aucun prestataire réalisant le trajet pour les deux autres...

Quelqu'un aurait-il plus d'info à ce sujet?

Merci à tous!

Sportivement,
Jonathan

Vues: 393  •  Commentaires: 1  •  Écrire un commentaire  •  Forum: Randonnées / Treks / Expéditions Haut

Voir le dernier message Le Landmannalaugar

Message Posté: 18 Aoû 2017, 15:27

Posté par: Jouge

Le site du Landmannalaugar est accessible via la route F 208. Cette piste est interdite aux véhicules de tourisme, seuls les 4 X 4 sont autorisés à l’emprunter. La piste est cabossée avec beaucoup de nids de poule, quelques montées et descentes courtes mais assez raides. Il y a aussi quelques rivières à traverser, pas très profondes, entre 10 et 25 cm, à l’exception du dernier gué à passer à 200 m. du Landmannalaugar qui lui est plus profond et peut atteindre entre 30 et 60 cm. (un parking est aménagé juste avant, avec la possibilité de finir les 200 derniers mètres à pieds). Avec une voiture classique on peut s’embourber ou avoir de la casse. Si vous partez avec votre propre voiture vous pouvez prendre le risque, mais si c’est avec une voiture de location, sachez que les rangers du parc national relève les plaques des véhicules de location non 4 X 4 stationnés sur l’aire de parking juste avant le dernier gué et envoient la photo aux agences de location.  Au moment de restituer le véhicule certains ont ainsi écopé de fortes amendes (sur les forums on parle de 1000 €…). En véhicule de tourisme on ne peut guère rouler au-delà de 15 ou 20 km/h, on met donc de longues heures pour se rendre sur le site. Le plus pratique est de s’y rendre en bus depuis Reykjavik, le trajet coûte 120 € aller-retour et dure 4 heures si tout va bien. Notre bus est tombé en panne d’essuies glaces sous une forte pluie donc forcément on a dû rouler moins vite.

Le camping et le refuge sont ouverts dès que les pistes sont déneigées, souvent dès la mi-juin (parfois début juillet quand l’hiver est tardif) et ferment à la mi-septembre.
Au plus haut de la saison on compte jusqu’à 200 tentes. Le camping est très bruyant, certains tours operators installent pour la saison leur grande tente en forme de yourtes qui servent de mess à leurs groupes de randonneurs. Ces groupes d’une dizaine de personnes à chaque fois sont bruyants, ceci dit certains randonneurs en binômes sont capables parfois de faire autant de bruit qu’un groupe de 15 ! Il m’est arrivé un soir d’avoir un drone qui alternait des vols stationnaires au-dessus de ma tente avec des vols en rase motte. Les bus font chauffer leur moteur tôt le matin avant de partir, vers 6h30 ou 7h00, sans compter le bruit des Super Jeeps qui arrivent à toute heure de la nuit. Donc partir avec des boules Quiès est une bonne idée.

En 2017 un emplacement pour la tente coûtait 2000 kr et une nuit en refuge 8000 kr, et cela donne accès au bâtiment des douches et toilettes. Ceux qui ne viennent sur le site que pour 2 ou 3 heures avec le bus doivent payer 500 kr à la réception pour avoir le droit de faire pipi à l’abri du vent. Un des gardiens du refuge surveille les entrées et contrôles que tous ceux qui entrent aient bien leur bracelet d’accès au poignet. Le gardien n’est pas toujours à l’entrée, il s’y tient surtout entre 12h30 et 15h30 car c’est durant cette tranche qu’arrivent une grosse vague de touristes par bus depuis la capitale.
Il est possible de prendre une douche en achetant à la réception toute proche un voucher, les douches durent 5 mn. Les toilettes ne sont pas toujours très propres mais c’est pas le Vietnam non plus. Les chasse d’eau sont fermées la nuit et ne sont remises en service que vers 7h00 du matin. J’ai pas trop compris pourquoi… Les lavabos sont assez nombreux et ont parfois (pas tout au long de la journée) de l’eau chaude. Le bâtiment compte aussi 8 grands radiateurs qui ne chauffent vraiment pas beaucoup mais qui permettent quand même de faire sécher les serviettes mouillées.
On peut déjeuner dans un recoin aménagé abrité du vent. Mais on est serrés et c’est bruyant.
Il est possible de récupérer des cartouches de gaz laissées par des randonneurs précédent, dans un cageot par terre près de la réception. A cet endroit on peut aussi consulter la météo pour les 2 ou 3 jours à venur pour le site du Landmannalaugar et celui de Hrfantinnshuker (pour ceux qui partent faire le trek du Laugavegur). Il s'agit là d'un bullement météo très détaillé, heure par heure qui est réactualisé tous les matins.

On peut se rendre au Landmannalaugar avec la carte Hiking Passport  https://www.nat.is/hiking-passport-laug ... vorduhals/

2 compagnies de bus proposent des transferts : Reykjavik Excursion et Trex. Toutes les infos se trouvent sur ce site  https://www.nat.is/bus-schedules-reykja ... nnalaugar/
Il est possible de partir directement depuis le camping Laugardalur de Reykjavik (près de l’auberge de jeunesse), ou de la gare routière BSI. Il y a 9 départs par jour depuis Reykjavik qui s’étalent entre 6h40 et 16h00 pour une arrivée au Landmannalaugar entre 10h00 et 19h30.
Et il y a 7 départs par jour du Landmannalaugar qui s’étalent entre 7h20 et 20h00, pour une arriver à Reykjavik entre 11h05 et 23h55.

Vues: 348  •  Commentaires: 0  •  Écrire un commentaire  •  Forum: Randonnées / Treks / Expéditions Haut

297 sujets

Page 3 sur 60Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 60  Suivante

cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit